Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Quel mode de chauffage choisir ?

Comment chauffer un logement ?

Le chauffage et la production d’eau chaude représentent 70% de la consommation d’énergie d’un foyer. Avant d’opter pour une source énergétique (bois, électricité, gaz, fioul, aérothermie) ou un équipement (chaudière, poêle, cheminée, radiateur, sèche-serviettes), il est important de vous poser les bonnes questions.

Comment chauffer un logementComment chauffer un logementComment chauffer un logementComment chauffer un logement

Si vous intégrez ou rénovez un équipement de chauffage, il est indispensable, dans un premier temps, d’évaluer le niveau d’isolation de votre domicile.

Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?

En moyenne, les toitures sont responsables de 30% de la déperdition énergétique et les murs de 25%. Il faut donc penser votre chantier de chauffage dans sa globalité, identifier les points sensibles comme les ponts thermiques et renforcer leur isolation si nécessaire.

Qu’est-ce qu’un diagnostic énergétique ?

La plupart des professionnels chauffagistes sont en mesure de vous fournir des conseils pour optimiser vos équipements de chauffage. Depuis 2007, la législation impose d’avoir recours à des diagnostiqueurs certifiés et indépendants lorsqu’une habitation change de propriétaire.

Si vous faites l’acquisition d’une maison ou d’un appartement, ou même si vous êtes un locataire entrant, le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) vous est obligatoirement remis. Dans le cadre d’une construction neuve, le DPE est également imposé.

Le DPE évalue la consommation d’énergie et son impact en termes d’émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Il vous renseigne donc sur la performance énergétique d’un logement ou d’un bâtiment et vous permet :

  • d’évaluer votre facture énergétique (logement économe à logement énergivore – 7 paliers)
  • de mesurer l’impact écologique des émissions de gaz à effet de serre (faible à forte émission de GES – 7 paliers)
Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?Le logement est-il suffisamment isolé ?
La bonne info

N’oubliez pas de consulter le volet du DPE concernant les travaux conseillés ainsi que les recommandations d’usage et de gestion des équipements de chauffage. Sans être obligatoires, ces préconisations visent à vous éclairer.

Quelles sont les différentes aides aux énergies renouvelables ?

Dans le cadre de la transition énergétique, le grand enjeu est celui des énergies renouvelables. Cette transition est soutenue par les pouvoirs publics avec des incitations fiscales (primes et crédits d’impôts).


Comme à l’extérieur, la température ressentie à l’intérieur d’un lieu varie en fonction de plusieurs critères :

  • La température de l’air ambiant.
  • L’humidité de l'air, mesurée par le degré d’hygrométrie.
  • La température rayonnante : le halo créé par un radiateur en marche ou la vitre glacée d’une fenêtre en hiver n’auront pas les mêmes effets sur votre perception. La température des parois (murs, plafond ou sol) vous atteint aussi par rayonnement.
  • L’homogénéité de l’air ou les mouvements d’air : présence ou non de courants d’air.
  • Les échanges calorifiques par contact direct, dans une moindre mesure.
À retenir

Pour optimiser votre confort thermique, les 3 éléments à considérer en priorité sont : la température, l’hygrométrie et les mouvements d’air.

Comment réguler les écarts thermiques dans une pièce ?

Comment réguler les écarts thermiques dans une pièce ?Comment réguler les écarts thermiques dans une pièce ?Comment réguler les écarts thermiques dans une pièce ?Comment réguler les écarts thermiques dans une pièce ?

Quelques règles simples sont à respecter afin de ne pas créer de sensation d’inconfort :

  • Des pieds à votre tête, la température ne doit pas varier de plus de 3°C.
  • Sur le plan vertical, vous ne devez pas avoir plus de 5°C de différence entre le sol et le plafond.
  • Sur le plan horizontal, comparez la température aux abords d’un radiateur ou d’une fenêtre avec celle d’un point éloigné : il ne faut pas dépasser un différentiel de 10°C.
  • L’écart maximal entre les parois et l’air ambiant doit rester inférieur à 3°C. Il est donc nécessaire de veiller à l’isolation.
  • Le sol chauffant doit être maintenu en dessous de 28°C, idéalement à 24°C.

Quels sont les besoins en chauffage à prendre en compte ?

En premier lieu, évaluez votre surface de chauffe en fonction de la taille de votre habitation. Vous devez aussi connaître les principales températures conseillées dans chaque pièce.

Quels sont les besoins en chauffage à prendre en compte ?Quels sont les besoins en chauffage à prendre en compte ?Quels sont les besoins en chauffage à prendre en compte ?Quels sont les besoins en chauffage à prendre en compte ?

Si vous recherchez une qualité de chaleur homogène et douce, privilégiez les chaudières à gaz, à fioul ou même à bois. En général, les chaudières ont la capacité d’assurer votre production d’eau chaude sanitaire.

Plus vos besoins en chauffage sont élevés, plus vous devez considérer la performance énergétique des systèmes. Une mise de fond importante sur l’équipement au départ peut vous valoir un important retour sur investissement au niveau de la consommation d’énergie quotidienne. Ainsi, une chaudière à condensation, coûteuse à l’achat, génère un cercle vertueux. Plus la surface à chauffer est importante, plus elle condense et plus les économies sont importantes.


Pour maintenir l’homogénéité de la température d’une vaste pièce, optez pour plusieurs radiateurs de puissance moyenne plutôt qu’un ou deux radiateurs puissants. Disposez-les de préférence en quinconce au niveau des murs pour répartir uniformément la chaleur rayonnante.

Logement mal isoléLogement mal isoléLogement mal isoléLogement mal isolé
  • Logement mal isolé

Si vos fenêtres laissent entrer la fraicheur, placez vos chauffages juste en dessous, afin de réduire l’effet de parois froides.

Logement bien isoléLogement bien isoléLogement bien isoléLogement bien isolé
  • Logement bien isolé

 

À l’inverse, dans une habitation mieux protégée du froid extérieur, positionnez vos radiateurs contre les cloisons intérieures afin que la chaleur soit diffusée de façon plus homogène.


Selon vos ressources, votre espace de vie, vos attentes de confort et vos préoccupations écologiques, vous retiendrez une ou plusieurs sources d’énergie parmi les principales : électricité, gaz, bois, fioul ou même aérothermie.

Les différentes solutions de chauffageLes différentes solutions de chauffageLes différentes solutions de chauffageLes différentes solutions de chauffage
L’électricité : des appareils plus économesL’électricité : des appareils plus économesL’électricité : des appareils plus économesL’électricité : des appareils plus économes

L’électricité

Les radiateurs électriques sont faciles et peu coûteux à installer.

L’électricité peut alimenter différents types d’équipements : planchers chauffants, convecteurs, panneaux radiants, radiateurs à inertie, sèche-serviettes…

Même si les équipements sont de plus en plus performants, l’électricité est à privilégier dans les habitations bien isolées car elle reste énergivore.

Les systèmes à accumulation, qui permettent de recharger en période creuse, sont plus avantageux pour votre facture énergétique. La concurrence entre les fournisseurs du marché peut aussi jouer sur une baisse des tarifs.

La bonne info

Les modèles les plus performants intègrent des thermostats qui se programment à 0,5°C près, afin de toujours obtenir la température qui vous convient le mieux.

Le gaz : une simplicité d’utilisationLe gaz : une simplicité d’utilisationLe gaz : une simplicité d’utilisationLe gaz : une simplicité d’utilisation

Le gaz

L’alimentation en gaz naturel est généralement assurée par le réseau de la commune. Dans le cas contraire, vous devez avoir recours au gaz propane et à un stockage en citerne. Désormais, la concurrence entre les différents distributeurs fait baisser les tarifs, qui restent toutefois dépendants des fluctuations des cours du marché.

Les modèles de chaudières deviennent de plus en plus compacts tout en continuant de proposer des installations à eau chaude. La plus performante est la chaudière à condensation qui fonctionne notamment en récupérant la chaleur dans les fumées qu’elle dégage.

Important

Un entretien annuel est impératif. Il permet d’assurer le contrôle du brûleur et du foyer de la chaudière, des dispositifs de sécurité ainsi que le réglage de la combustion.

Le boisLe boisLe boisLe bois

Le bois

Le bois fait un retour en force. En effet, son empreinte carbone est considérée comme nulle car, lors de son développement, un arbre produit de l’oxygène. Ce combustible naturel est également apprécié comme élément d’ambiance puisque la présence d’un foyer est chaleureuse et vivante.

De plus, les poêles et cheminées adoptent des lignes sophistiquées qui mettent en valeur les flammes vives. Ils sont donc parfois considérés comme des éléments décoratifs complétant le système de chauffage.

Le fioulLe fioulLe fioulLe fioul

Le fioul

C’est un dérivé du pétrole donc une énergie fossile et non renouvelable. Ses tarifs fluctuants sont indexés sur les cours mondiaux.

Ce combustible est utilisé dans les régions froides ou dans les maisons isolées en campagne et il s’avère compétitif pour les grands volumes.

Le fioul nécessite une cuve de stockage posée en sous-sol ou enfouie dans le jardin. Le cas échéant, des travaux d’installation sont à prévoir. Sachez qu’un entretien annuel du dispositif est également nécessaire.

Actuellement, les chaudières au fioul nouvelle génération permettent une diminution de la consommation d’énergie de 50% et une baisse des rejets de CO2 de 40%. En parallèle, les modèles à condensation augmentent nettement les performances.

L’aérothermie

La pompe à chaleur aérothermique permet un chauffage thermodynamique en récupérant les calories présentes dans l’air extérieur. Elle utilise ainsi une énergie gratuite, renouvelable et qui ne nécessite pas de stockage.

Cette énergie peut assurer le chauffage, la climatisation et la production d’eau chaude. En revanche, elle nécessite des chauffages d’appoint si les températures hivernales sont fortement négatives. Économique et écologique, la pompe à chaleur s’avère rentable sur la durée. Il existe 2 types de pompes à chaleur : le système air-eau et celui air-air.

La pompe à chaleur air-eauLa pompe à chaleur air-eauLa pompe à chaleur air-eauLa pompe à chaleur air-eau
  • La pompe à chaleur air-eau

Elle récupère l’énergie dans l’air extérieur et utilise l'eau pour transporter la chaleur, de la même façon qu’un chauffage central.

  • La pompe à chaleur air-air

Cette pompe récupère aussi l'énergie dans l'air extérieur mais la restitue sous forme d’air chaud (chauffage) ou d’air froid (climatisation).

La pompe à chaleur air-airLa pompe à chaleur air-airLa pompe à chaleur air-airLa pompe à chaleur air-air
La bonne info

Il existe également des modèles de pompes à chaleur qui fonctionnent grâce à la géothermie, c’est-à-dire l’utilisation des calories contenues dans la terre. Le captage de l’énergie s’effectue soit horizontalement dans le sol, soit verticalement dans le sol, soit verticalement sur une nappe phréatique.

Adapter le chauffage en fonction des capacités de stockage

  • L’électricité

Certains équipements se branchent directement et facilement sur le réseau d’électricité. Les appareils de chauffage électrique, qui sont les plus simples à installer, ne nécessitent aucun stockage de combustibles. Certains modèles de radiateurs sont nomades et se positionnent en fonction des besoins ponctuels : ils peuvent migrer entre les différentes pièces d’une habitation.

  • Le gaz

Le réseau du gaz de ville présente aussi une facilité d’approvisionnement directe, sans espace de stockage à prévoir. En revanche, si votre commune n’est pas rattachée au réseau, il vous faut prévoir l’emplacement pour une citerne.

  • Le fioul

Le fioul nécessite l’installation d’une cuve, dans le respect des règlementations et obligations. La cuve peut mobiliser un espace important en sous-sol d’un bâtiment et peut aussi demander la pose d’un système de ventilation.

  • Le bois

Le stockage du bois se fait souvent en extérieur, mais dans un espace couvert pour éviter l’humidification des bûches. Une partie du bois doit pouvoir être conservée à l’intérieur pour réapprovisionner le foyer au quotidien.

Pour toutes vos questions, nos experts en magasin sont à votre écoute et vous accompagnent dans vos projets.