Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Quel chauffage d'appoint choisir ?

Radiateur, cheminée électrique, poêle à pétrole ou à gaz ?

Radiateur classique, cheminée, poêle : chacun de ces dispositifs de chauffage se décline en modèles d'appoint. Mobiles et pratiques, les chauffages d'appoint s'adaptent à toutes les pièces de votre maison et au besoin d’un maintien d'une température confortable comme à une montée en chauffe rapide et intense. Nous vous aidons à choisir facilement le modèle qu'il vous faut !​

Radiateur, cheminée électrique, poêle à pétrole ou à gaz ?


Quelle que soit l’énergie à laquelle fonctionne votre chauffage principal, vous avez le choix de l’électrique, du gaz naturel et/ou du pétrole pour votre chauffage d’appoint. ​

Quel type d'énergie pour un chauffage d'appoint ?​
L'électricité : polyvalence et rapidité

L'électricité : polyvalence et rapidité

Le chauffage électrique est le plus simple à utiliser : il suffit d’une prise ! Simplicité également au niveau du principe de fonctionnement : le courant électrique, en passant dans une ou plusieurs résistances, génère de la chaleur. Ensuite, selon le type d’appareil choisi, cette chaleur se répartit de manière plus ou moins performante et uniforme.​
Cheminée électrique, soufflant, radiateur à bain d'huile, à quartz ou convecteur, tous ces appareils électriques proposent des montées en température de puissance et de rapidité différentes.​

Cependant, le coût de fonctionnement peut s'avérer important et certains équipements comme les convecteurs se révèlent plutôt énergivores par rapport à leurs performances. Côté confort, le chauffage électrique conduit souvent à un asséchement de l'air ambiant, particulièrement avec les convecteurs traditionnels. En revanche, les derniers modèles de chauffages d’appoint électriques permettent une restitution plus uniforme de la chaleur et moins de déperdition thermique.​

Le gaz : économie et performance​

Pour générer de la chaleur, les appareils d’appoint doivent consumer le gaz naturel (butane ou propane pour les modèles fonctionnant à l’extérieur) contenu dans une bouteille. Le gaz brûle dans un brûleur qui doit être régulièrement entretenu.

Le gaz : économie et performance​

La combustion du gaz entraîne une montée en chauffe rapide et permettent d'atteindre une température confortable en peu de temps. Les poêles à gaz intègrent un rangement pour la bouteille, qui les rend parfaitement autonomes : ils ne dépendent pas de l’électricité pour fonctionner et peuvent être installés n’importe où ! ​

Si, à l’achat, le prix du gaz est supérieur à celui du bois, par exemple, à l’usage, cette solution est plutôt économique, une bouteille de gaz standard (13 kg) vous offrant une grande autonomie. ​

Pour votre sécurité

Ces appareils doivent être équipés de systèmes de sécurité qui coupent l'arrivée de gaz en cas d'extinction inopinée de la flamme, et la pièce doit être bien ventilée pour éviter l'accumulation de fumées toxiques. Enfin, même si la flamme apparente est esthétique et chaleureuse, elle n'en reste pas moins potentiellement dangereuse, notamment avec les enfants.

Le pétrole : efficacité et rendement​

Le combustible utilisé pour les chauffages d’appoint au pétrole se nomme en réalité Combustible Liquide pour Appareil de chauffage Mobile (CLAM). Il s’agit bel et bien d’un pétrole qui a été désaromatisé, c’est-à-dire traité pour voir sa teneur en composés aromatiques (des molécules responsables de l’odeur du produit, mais aussi polluantes) réduite à moins de 1%. Sa combustion, ainsi que celle des gaz dégagés par cette combustion (modèles à double combustion) est à l’origine de la chaleur qu’il génère. La combustion du liquide génère par ailleurs une humidité ainsi que différents gaz toxiques qui ne sont jamais totalement brûlés, la pièce doit donc être régulièrement aérée.​
Les poêles à pétrole modernes proposent un fonctionnement basé sur l’électronique : allumage, réglage de la température, programmation, etc. De ce fait, ils sont également dépendants d’une alimentation électrique.

Le pétrole : efficacité et rendement​

Le CLAM est par ailleurs une énergie qui revient plus cher que le gaz, ou même l’électricité : vendu par bidons de 20 litres, comptez de 23 à près de 40 € le bidon selon la qualité du pétrole. Peu chers à l'achat, les poêles à pétrole sont des appareils d'appoint très populaires. Les derniers modèles électroniques affichent des performances non-négligeables : rendement, chaleur maîtrisée, sécurité intégrée, adaptabilité grâce à la technologie Inverter…​​


Suivant la pièce de destination, son volume et vos attentes en matière de température, votre choix se portera sur différents types d'appareils de chauffage mobile.​

Chambre, cuisine, bureau​

  • Pour ces pièces aux superficies raisonnables, les radiateurs électriques à inertie sont tout indiqués. Bains d'huile ou à inertie sèche, qui utilisent la céramique comme matériau réfractaire, ils assurent à la fois une vraie montée en température et le maintien d'une chaleur confortable. ​
Chambre, cuisine, bureau​
  • Les radiateurs d'appoint à panneau rayonnants permettent eux aussi de réchauffer l'atmosphère sans la dessécher.
  • Enfin, les convecteurs électriques se prêtent bien aux petites surfaces qu'ils réchauffent rapidement. ​

 

Salon, salle à manger

Plusieurs options s'offrent à vous pour chauffer les pièces les plus vastes de votre logement.​

Salon, salle à manger
  • Les radiateurs à inertie, montés sur roulettes, se déplacent dans la pièce au gré de vos besoins. Pour une chaleur constante optimale, préférez l'inertie sèche qui propose une performance supérieure au traditionnel bain d'huile.​​
  • La cheminée électrique apporte surtout un côté "cosy" avec son foyer ouvert et ses fausses bûches. ​
  • Le poêle à gaz est puissant, économique et autonome : parfait pour une grande pièce à vivre.
  • Le poêle à pétrole électronique diffuse rapidement la chaleur grâce à sa ventilation intégrée. ​
Salle de bains

Salle de bains

Dans cette pièce, il faut une chaleur qui monte fort et vite : les radiateurs d'appoint soufflants sont tout indiqués. Autonomes, avec ou sans système de sèche-serviettes, ils sont à choisir parmi les modèles conçus pour les pièces humides. Le chauffage de la salle de bains doit obéir à des normes strictes en matière de sécurité : soyez vigilants au moment du choix.

Salle de bains

Les sèches-serviettes mobiles combinent quant à eux les avantages d’une chaleur agréablement homogène et ceux d’un linge tiède et sec rapidement. Rayonnant, à inertie fluide ou sèche, leur puissance est à adapter à la taille de la salle de bains, mais sans négliger la déperdition de chaleur absorbée directement par les serviettes. Choisissez donc le bon appareil d’appoint en comptant 100 W/m² + 30 % (par exemple, pour une pièce de 10 m², choisissez un chauffage doté d’une puissance de 1300 W).

Pour votre sécurité

Si votre salle de bains est mal isolée ou ne dispose pas du chauffage central, optez pour un chauffage d'appoint spécialement conçu pour les pièces humides. ​
La norme NFC 15-100 délimite 4 zones standard dans la salle de bains. Vous pouvez installer un radiateur électrique dans le volume 2 s’il dispose d’un indice de protection (IP) X4 minimum ou si c’est un appareil de classe II. Les radiateurs électriques d’un IP minimum de 21 sont acceptés en zone hors volume.

Garage, atelier

Garage, atelier

  • Le poêle à pétrole réchauffe l'espace, pour travailler confortablement, mais permet également de sécher plus rapidement les revêtements (plâtres, enduits, peintures…).
  • Vous pouvez aussi opter pour des appareils spécialement conçus pour les chantiers : des systèmes soufflants ou rayonnants puissants, électriques ou au gaz, portatifs et pratiques.

Les appareils de chauffage d'appoint doivent respecter les normes de sécurité en vigueur. Ils peuvent également être porteurs de marquages, gages de qualité.

La norme européenne Écoconception

Entrée en vigueur au 1er janvier 2018, cette directive européenne a pour but d'améliorer les performances énergétiques des appareils de chauffage d'appoint. Ainsi, les dispositifs neufs, quelle que soit l'énergie utilisée, doivent à présent proposer des options telles qu'un thermostat numérique programmable, un détecteur de fenêtres ouvertes ou encore une consommation en mode veille inférieure à 0,5 W.

Les marquages NF et CE​

Les marquages NF et CE​

Le marquage "NF" est une certification décernée par un organisme indépendant. Il signifie que votre appareil de chauffage d'appoint est conforme aux réglementations françaises et internationales en vigueur, mais aussi à des critères de qualité et de sécurité spécifiques au produit.​
Le marquage "CE", quant à lui, signale également la conformité du chauffage aux différentes normes européennes de sécurité, de qualité ainsi qu'environnementales.

Chauffages d'appoint au gaz ​

  • La norme EN 449

La norme EN 449 fixe des conditions minimales de sécurité, notamment en matière de combustion. Ainsi, elle rend obligatoire des dispositifs comme le thermocouple, qui coupe l'alimentation en cas d'extinction inopinée de la flamme, le système anti-basculement qui coupe également le gaz en cas de chute de l'appareil, ou encore toute fonctionnalité permettant la détection d’une élévation du taux de monoxyde de carbone dans l’atmosphère au-delà de 100 vpm (volume de monoxyde par million de volumes d’air), entraînant là aussi la coupure de l'alimentation.

Chauffages d'appoint au pétrole ​

  • La norme D35-300

Les poêles à pétrole doivent respecter la norme européenne D35-300, garante de la sécurité et de la solidité de l'appareil : stabilité, parois froides, combustion la plus complète possible pour minimiser les émissions de monoxyde de carbone, etc.

  • La norme NF 128

Spécifiquement française, elle certifie des appareils conformes à la norme D35-300 et comportant des équipements de sécurité tels que la détection du CO2, le contrôle de l'air ambiant qui coupe l'appareil en cas de problème ou encore une sécurité anti-basculement.

Chauffage d'appoint électrique​

  • La norme EN 60335

Cette norme française concerne l'ensemble des appareils électrique à usage domestique fonctionnant à basse tension, dont les chauffages d'appoint.

  • La norme BS EN 442

Cette norme concerne les équipements de chauffage tels que les convecteurs, dont elle fixe les spécifications et exigences techniques.

  • L'indice IP

Il indique le degré d'étanchéité de votre appareil aux solides (poussières) et aux liquides (projections d'eau). Les chauffages d'appoint destinés aux pièces humides comme la salle de bains sont généralement certifiés IP21, IP 24 ou IP44.