Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Préparer la pose d’un parquet

Avant de poser un parquet

Voici les principaux éléments à connaître avant de vous lancer dans l’installation d’un parquet : les styles de pose, la sous-couche, les plinthes et les précautions à prendre.

Préparer votre projet parquet


La sous-couche d’isolation

Selon la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA), la pose d’une sous-couche isolante est obligatoire dans les logements collectifs afin de limiter les bruits d’impact, qui ne doivent pas dépasser les 58 décibels. La sous-couche permet effectivement de réduire le bruit des pas dans la pièce et à l’étage inférieur.

Dans les maisons, vous n’êtes pas obligé de poser une sous-couche mais c’est conseillé si vous souhaitez augmenter le confort acoustique entre vos différents étages.

La sous-couche d’isolation

Les accessoires nécessaires à la pose

  • Pour un parquet collé

Si votre modèle se pose de façon collée, choisissez un produit adapté et un peigne à colle pour l’appliquer. Les colles pour parquets sont généralement disponibles dans des seaux de 7 à 16 kg. Pensez également à prévoir des cales pour créer les joints de dilatation.

  • Pour un parquet flottant

Lors de la pose d’un parquet flottant, équipez-vous d’un tire-lame qui aide à emboîter la dernière ligne de lames avant un mur, d’une cale de frappe ou cale martyr afin de renforcer l'emboîtement des lames sans abîmer leurs contours et de cales de dilatation pour constituer les joints de dilatation.


Pour éviter que vos lames de parquet ne gondolent, il est conseillé de réaliser des joints de dilatation. Également appelés joints périphériques, ces derniers offrent un espace suffisant au bois pour lui permettre de s'étendre et de se rétracter sans risque de se déformer.

Lors de la pose, la réalisation de joints de dilatation est simple. Pour tous les côtés de la pièce, intercalez les cales de dilatation entre les lames de parquet et les murs ou tout autre obstacle.
La pose des plinthes à la suite des lames vous permettra de couvrir et de masquer l’espace laissé vide entre le mur et le revêtement.

Les joints de dilatation

Un joint de dilatation fait en moyenne entre 5 et 8 mm d’épaisseur. Vous pouvez néanmoins calculer la largeur adéquate de votre joint de dilatation en fonction de la taille de votre pièce. Cette opération est particulièrement conseillée dans le cas où vous disposez d'une pièce très grande.

Le calcul est simple : le joint doit mesurer 0,15% de la longueur et de la largeur de la pièce.

Par exemple pour une pièce de 8 mètres de long et de 6 mètres de large :

  • 8 x 0,15 = 1,2 Il faut prévoir un joint de dilatation de 12 mm sur la longueur
  • 6 x 0,15 = 0,9 Il faut prévoir un joint de dilatation de 9 mm sur la largeur

L’installation de plinthes suite à la pose de votre parquet vous permet de couvrir les joints de dilatation mais également de protéger vos murs contre les chocs.
Pour adapter vos plinthes à votre parquet, vous avez le choix entre 2 matériaux différents.

Le bois

Vous pouvez sélectionner des plinthes en bois noble, à vernir ou huiler, pour les assortir à votre parquet et garantir une meilleure longévité. Les plinthes existent également en bois tendre (pin ou sapin). Ces dernières se peignent facilement si vous souhaitez les accorder à vos murs.

Le MDF (Medium Density Filderboard)

Matériau composé de fibres de bois, le MDF a l’avantage d’être esthétique et résistant dans le temps mais il crée une quantité importante de poussière à la découpe. Les plinthes en MDF peuvent être peintes, vernies ou lasurées.

La bonne info

Certaines plinthes intègrent un vide à l’arrière pour faire passer les câbles électriques. D’autres modèles peuvent être creusés pour y glisser un système de clip pour vos fils. Idéales pour modifier une installation électrique ou déplacer une prise, ces plinthes vous évitent de réaliser une pose encastrée et donc de faire une saignée dans le mur.

Poser des plinthes

La pose des plinthes peut s’effectuer à l’aide de bandes adhésives, de colle, de clous ou de vis.


Il est possible d’installer un plancher chauffant sous un parquet. De nombreux modèles sont effectivement compatibles avec un chauffage au sol basse température (maximum 28°C).

Les avantages du chauffage au sol

Le plancher chauffant est une solution de chauffage confortable car il produit une chaleur douce et la diffuse de façon homogène et sans courant d’air dans toute la pièce.

De plus, ce mode de chauffe est très discret et pas du tout encombrant. Par rapport à des radiateurs, son emplacement permet aussi de supprimer les risques de brûlures ainsi que le déplacement de poussières dans la pièce où il est installé.

La bonne info

Tous les planchers chauffants fonctionnent maintenant à basse température, c’est-à-dire à maximum 28°C. Ce système de régulation permet de supprimer les impacts auparavant négatifs du sol chauffant sur la circulation sanguine des jambes.

Vous avez le choix entre un plancher à eau chaude et un plancher rayonnant électrique, plus facile à poser.

Parquet et sol chauffant

Les précautions à prendre

Pour poser un parquet sur un sol chauffant, celui-ci doit répondre à plusieurs exigences.

Il est préférable d’opter pour une pose collée car le revêtement doit être en contact direct avec le sol. Sélectionnez une colle ne comprenant ni eau ni solvant pour éviter la déformation du bois et les odeurs pouvant être causées par la chaleur. La pose flottante est également possible mais moins efficace, réservez-la à l’installation d’un chauffage réversible ou d’un film chauffant.

Côté look, préférez des lames chanfreinées qui seront plus esthétiques si un écartement léger se produit entre elles à cause du chauffage.

Votre parquet doit être d’une épaisseur maximum de 15 mm pour ne pas faire obstacle à la chaleur. Choisissez un bois peu isolant et évitez donc le cerisier, l’érable et le hêtre. Idéalement, le parquet doit posséder une faible résistance thermique, inférieure à 0,15 m2 K/W.

Important

La pose de parquet sur sol chauffant est très règlementée. Elle est d’ailleurs interdite sur un sol chauffant installé avant 1990 car ces modèles ne limitent pas la température du sol à 28°C et, au-delà de cette température, la sécurité de votre sol n’est plus garantie.


Pour bien préparer la pose de votre parquet, voici quelques chiffres à connaître.

  • Lors de l’achat de vos lames, prenez en compte les découpes pour calculer la quantité nécessaire. Pour une pose droite, les découpes engendrent en moyenne 10% de pertes. Celles-ci s’élèvent à 15% pour une pose en diagonale.
  • Laissez vos lames emballées dans la pièce de destination au moins 2 jours avant de les poser. Ce temps d’adaptation permet au parquet de se dilater en fonction de la température et de l’humidité de la pièce.
  • Posez votre parquet lorsqu’il fait entre 15 et 20°C dans la pièce, avec un taux d’humidité compris entre 40 et 65%.
  • Prévoyez des joints de dilatation ou joints périphériques en moyenne de 5 à 8 mm tout autour de votre parquet.
  • Vérifiez la planéité de votre sol. Si vous constatez plus de 2 mm de différence sur 2 mètres, réalisez un ragréage.

Pour toutes vos questions, nos experts en magasin sont à votre écoute et vous accompagnent dans vos projets.