Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Choisir l’isolation thermique des sols

Le choix de l’isolation pour le sol

Une bonne isolation thermique du sol est synonyme d’économies d’énergie et de confort. En effet, c’est par là que s’échappent 7% de la chaleur d’une habitation. Une fois la toiture, les huisseries et les murs isolés, il ne reste plus qu’à vous occuper du sol pour obtenir un cocon douillet dans lequel marcher pieds nus, même en hiver.

Choisir l’isolation thermique des sols


En fonction de votre configuration, il est préconisé d’isoler soit par le dessus, c’est-à-dire sur le plancher, soit par le dessous, c’est-à-dire au niveau du plafond du vide sanitaire ou du local situé sous la pièce à isoler.

Isoler le sol par le dessus ou le dessous ?

L’isolation par le dessus

Cette solution permet de supprimer les ponts thermiques, responsables de 5% des déperditions de chaleur d’un bâtiment, à condition de coupler l’isolation des murs à celle du sol. En effet, ces ponts thermiques se situent à la jonction des parois verticales et horizontales (murs et planchers) ou aux points de percement de la dalle de sol (traversée de canalisation, gaines…).

  • Dans quels cas opter pour une isolation par le dessus ?
Isoler le sol par le dessus ou par le dessous ?

Si la pièce est construite sur terre-plein, c’est la seule solution envisageable.

Si la pièce est construite sur un vide sanitaire pas ou peu accessible, l’isolation au-dessus de la dalle est intéressante dans le cas où vous projetez de refaire le revêtement du sol de la pièce ou si vous songez à intégrer un chauffage au sol. En revanche, la pose est plus contraignante qu’une isolation en dessous du plancher.

Voici l’exemple d’une isolation par le dessus avec pose d’un chauffage par le sol.

Isoler le sol par le dessus ou par le dessous ?
Isoler le sol par le dessus ou par le dessous ?

L’isolation par le dessous

Si la pièce à isoler est sur un vide sanitaire accessible ou si elle se trouve au-dessus d’un local non chauffé comme une cave ou un garage, vous pouvez l’isoler en sous-face du plancher.

Dès que l’isolation par le dessous est possible, privilégiez-la. C’est en effet la solution la plus facile à mettre en œuvre car elle permet de ne pas toucher à la surface du sol à isoler. La pièce reste donc utilisable tout le temps des travaux et sa hauteur sous plafond est conservée.


Conserver le revêtement de sol existant ou l’enlever ?

Pour procéder à l’isolation d’un sol, il est possible de conserver le revêtement existant s’il est rigide comme du carrelage ou des carreaux de ciment. Dans le cas contraire, il faut le déposer. Chaque option présente des avantages et des inconvénients.

La pose d'un isolant par le dessus
Important

La surépaisseur créée lors de l’isolation du sol, qu’elle soit faite directement sur le revêtement existant ou non, implique généralement de devoir rehausser les portes et les radiateurs. Elle peut également provoquer une différence de niveau avec les pièces voisines non isolées par le sol.

Si le revêtement de finition est enlevé

Selon la nature du support, plusieurs options d’isolation sont possibles.

  • L’isolant est posé sur une dalle

Posé sur une dalle, l’isolant est ensuite recouvert d’une chape de finition sur laquelle est posé un nouveau revêtement de sol.

Si le sol est régulier, la chape de finition peut être réalisée au mortier (mélange de ciment, de sable et d’eau). On parle alors de chape humide. Dans le cas où l’isolant sélectionné n’est pas résistant à l’humidité, il faut le recouvrir d’une membrane d’étanchéité avant de couler la chape.

La pose d’un isolant par le dessus
Important

Une chape de finition est peu épaisse (environ 5 cm). Pour la renforcer, il est nécessaire d’y incorporer un treillis métallique.

Si le sol est très inégal, la chape peut être réalisée à l’aide de granules d’égalisation du sol qui permettent de combler les aspérités et de renforcer l’isolation. Cette chape sèche est ensuite complétée de plaques d’aggloméré sur lesquelles le revêtement de sol est posé (parquet, carrelage, jonc de mer…).

La pose d’un isolant par le dessus
  • L’isolant est posé sous un parquet sur lambourdes

Dans ce cas, l’isolant est placé entre les lambourdes puis recouvert par le parquet.

Isolation thermique des sols
  • L’isolant est posé sur un plancher léger

Si la structure de soutènement du sol est un plancher léger sur lambourdes, l’isolant est alors posé sur le plancher, puis couvert d’une chape sèche en plaques d’aggloméré sur laquelle le revêtement de finition est mis en place.

La pose d’un isolant par le dessus

Ce type d’isolation peut être réalisé dans le cas où le sol se trouve au-dessus d’un vide sanitaire ou d’un local non chauffé. La mise en œuvre diffère selon l’accessibilité de l’espace en-dessous.

Isolation sous vide sanitaire peu accessible

L’espace situé sous la pièce n’est pas assez haut pour permettre la pose de panneaux isolants. Privilégiez alors une isolation du sol du vide sanitaire par épandage de granulés isolants.

La pose d’un isolant par le dessous

Isolation sous vide sanitaire accessible ou sous local non chauffé

L’isolation peut se faire par le plafond du vide sanitaire ou du local non chauffé.

Si la surface du plafond est régulière, vous pouvez directement coller ou visser des panneaux isolants rigides. Dans le cas contraire, il faut mettre en place une ossature sur laquelle l’isolant sera vissé.

La pose d’un isolant par le dessous
La bonne info

Dans l’hypothèse d’un plafond irrégulier, l’isolation peut également être réalisée par projection de mousse isolante. Cette opération nécessite une certaine expertise et un bon équipement. Il est donc préférable de la confier à un professionnel.


Les critères pour choisir votre isolant

  • La résistance à la compression

Si vous réalisez une isolation par le dessus, il est important de choisir un isolant résistant à la compression afin d’éviter tout risque d’affaissement. En effet, le sol doit supporter dans la durée la charge de son revêtement (avec ou sans chape), celle des meubles et les passages répétés des habitants du logement.

  • La résistance thermique

Pour une bonne isolation thermique du sol, comptez une résistance thermique (R) de :

  • 1,5 à 3 m².K/W pour un sol sur terre-plein
  • 3,5 à 6 m².K/W pour un sol sur vide sanitaire ou local non chauffé
  • Les autres points à vérifier

Conductivité thermique, longévité et résistance à la diffusion de vapeur d’eau sont parmi les critères à prendre en compte pour bien sélectionner votre isolant.

Important

Pour isoler le sol sur terre-plein d’un bâtiment ancien, évitez les panneaux de verre cellulaire et les isolants synthétiques (polystyrène expansé PSE, polystyrène extrudé PSX). Ceux-ci n’absorbent pas bien l’humidité de l’air et ne sont donc pas adaptés.

Les matériaux pour l’isolation par le dessus

  • Les isolants d’origine minérale

Ces isolants sont résistants à la compression et imputrescibles.

  • La laine de verre
  • La laine de roche
  • Le verre cellulaire
  • La vermiculite
  • La perlite
  • L’argile expansé
Les matériaux pour isoler le sol
  • Les isolants d’origine végétale

À l’image de la fibre de bois, ils sont résistants à la compression et particulièrement recommandés en rénovation de bâti ancien.

  • Les isolants d’origine synthétique

Adaptés à la pose sur des sols grâce à leur résistance à la compression, le polystyrène expansé (PSE) et le polystyrène extrudé (PSX) sont les isolants les plus performants sur le plan thermique.

Les matériaux pour l’isolation par le dessous

  • Les isolants d’origine minérale

Performants et économiques, ces matériaux sont aussi faciles à mettre en œuvre.

  • La laine de verre
  • La laine de roche
  • Le verre cellulaire en plaques
  • Les isolants d’origine végétale

Simples à poser, ils proposent une grande diversité pour un bon rapport qualité/prix.

  • L’ouate de cellulose
  • La fibre de bois
  • Le liège expansé

Les matériaux en fonction du type de pose

Les matériaux pour isoler

Pour toutes vos questions, nos experts en magasin sont à votre écoute et vous accompagnent dans vos projets.