Ouverture exceptionnelle ce jeudi 26 mai, consultez les horaires d'ouverture de votre magasin 

Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Préparer l’installation d’un abri de jardin

Tout savoir avant d’installer un abri de jardin​

Si vous souhaitez installer votre abri de jardin sans faire appel à un professionnel, vous devez soigneusement préparer votre projet. Informez-vous sur la réglementation en vigueur, les différents types de pose, les critères de choix pour une localisation idéale ainsi que les divers éléments pouvant composer un abri de jardin.

Préparer votre projet abri de jardin

Les règles d’urbanisme

Avant d’entreprendre votre projet, vérifiez deux points principaux concernant votre parcelle :​

  • Est-elle constructible ?​

  • Est-elle située en lotissement/ copropriété ou sur un secteur sauvegardé/ un site classé ?​

La réglementation sur les abris de jardin

Si votre commune n’est soumise à aucun règlement particulier, les articles R-421.2 et suivants du Code de l'urbanisme s’appliquent. ​

La consultation du Plan Local d‘Urbanisme (PLU) ou de tout autre règlement d'urbanisme local vous renseignera sur les dispositions locales : espace à prévoir entre l'abri et la maison selon les dimensions de votre terrain, matériaux de construction utilisables (bois, parpaings, métal...), aménagements autorisés, etc. ​

Informez-vous auprès de votre mairie et glanez quelques conseils utiles en parcourant son site internet.​

Si votre terrain est situé dans un lotissement ou dans une copropriété, leur règlement interne peut prévaloir sur les dispositions générales. En effet, dans le cadre d’un accord de copropriété, la palette de couleurs, les styles d’architecture, les dimensions ou les matériaux sont parfois codifiés. Vérifiez tous ces éléments avant d’acheter votre abri.​

 

Les démarches administratives

Le chalet ou le cabanon de jardin de vos rêves doit-il faire l’objet d’une déclaration préalable de travaux ou d’un permis de construire ? Est-ce fonction de l’emprise au sol, de la structure, de l’aménagement, de la présence d’une terrasse ou même du choix du matériau de construction ? Lisez les conseils suivants pour faire cesser la valse des interrogations !​

 

L’emprise au sol : un élément essentiel

Cabanon ou chalet

Que vous l’appeliez cabanon à outils, chalet, abri ou annexe de la maison, le choix de la démarche administrative à effectuer dépendra de son emprise au sol.​

​- Si la surface de son plancher excède 20 m², vous devrez demander un permis de construire.​

- Entre 5 m² et 20 m², une déclaration préalable de travaux suffit.​

- En deçà de 5 m², l’installation de votre chalet à outils ne requiert aucune autorisation.​

Un autre élément est aussi à prendre en compte : ​

  • La situation de votre propriété en secteur protégé​

Le tableau ci-dessous distingue les deux cas de figures rencontrés :​

Les démarches administratives
Les démarches administratives

Sachez qu’il existe une taxe spécifique sur toutes les constructions qui font l’objet d’une déclaration préalable ou d’un permis de construire. ​

Cette taxe d’aménagement s’acquitte en une seule fois et concerne tous les abris de jardin, garages ou carports d’une surface de plancher supérieure à 5 m². ​

Les superficies taxables sont celles des espaces clos et couverts. Une terrasse ou une pergola adossée à votre cabane n’étant pas un espace clos, sa surface ne sera pas prise en compte dans le calcul. ​

Bonne nouvelle : il existe des cas d’exonérations ! Rapprochez-vous de votre mairie ou de votre centre des impôts pour les connaître.​


En France, la construction ou l’installation d’un abri de jardin est soumise à la législation nationale à laquelle viennent parfois s’ajouter des dispositions locales contraignantes.

Comment déterminer son emplacement ?​

- Vérifier la qualité du terrain​

Le sol prévu pour l’installation doit offrir une assise solide à votre abri de jardin pour en garantir la durée de vie :​

- Est-il stable ?​

- Est-il en pente, même légère ?​

Ces questions sont essentielles. ​

En effet, la pose d’un abri sur un terrain ne pouvant supporter ce type d’installation peut entraîner un affaissement du sol ou l’effondrement de l’abri de jardin.​

Toutefois, il est toujours possible d’améliorer ces conditions en effectuant quelques travaux préalables comme un aplanissement du terrain ou la pose d’une dalle en béton.​

Vérifier la qualité du terrainVérifier la qualité du terrainVérifier la qualité du terrainVérifier la qualité du terrain

Si cette opération ajoute une étape à votre projet, ainsi que le prix de la prestation d’un professionnel si vous la déléguez, elle reste indispensable en cas d’une différence sensible de niveau. Non seulement le montage de l’abri s’en trouvera facilité mais cette étape supplémentaire en garantira la sécurité et la pérennité.​

- Définir l’emplacement idéal​

Idéalement, orientez la façade principale vers le sud (sud-est ou sud-ouest selon votre terrain) afin de profiter d’une meilleure luminosité tout au long de la journée.​

 

Choisir le bon emplacement pour votre abri de jardin

Prévoyez :

- Un accès facile à la porte et aux fenêtres de l’abri. Veillez à ce que la végétation ne rende pas cet accès difficile au fil des ans.​

- Un raccordement à l’électricité si vous souhaitez éclairer l’intérieur ou l’extérieur de votre abri et un raccordement à l’eau en fonction de vos besoins.

Pour votre abri de jardin, faites le choix d’une place sûre en tenant compte de l’environnement proche et des conditions climatiques :​

​- N’exposez pas trop votre abri au vent.​

- Ne le placez pas trop près d’un arbre. En cas de tempête, les éventuelles chutes de branches pourraient endommager le toit ou la structure.​

La bonne info

Si vous optez pour un abri de jardin en bois, laissez toujours un espace libre d’au moins 50 cm autour de l’abri pour que le bois puisse respirer.

Sur quelle base ?​

Quels que soient l’emplacement et le matériau choisis pour votre abri et le type de sol, fixez‑le dans le temps et l’espace en commençant le montage par les fondations. Elles seront garantes de sa stabilité et de sa durée de vie.​

Sol tassé

- Si votre sol est tassé et nivelé​

Il est recommandé de couler une dalle en béton de 10 cm d’épaisseur minimum. ​

Sa surface doit être égale à la surface au sol de l’abri afin d’éviter toute stagnation d’eau ou infiltration sous ce dernier. ​

Sans cela vous serez confronté à de gros problèmes d’humidité.​

Comment faire du béton​

​Depuis le 27 juin 2006, si vous êtes dans une région infestée par les termites et autres insectes xylophages, la législation vous oblige à poser un film anti-termites avant de couler la dalle en béton.​

La bonne info

Pour une surface supérieure à 15 m², posez un film polyéthylène spécial dalle anti infiltrations avant de couler la dalle. Pensez aux joints de dilatation qui évitent les fissures dues aux variations de températures. Attendez cinq jours que le béton sèche avant de commencer le montage de votre abri.​

- Si votre terrain est irrégulier​

Nous vous conseillons de surélever votre abri afin de le mettre à niveau. Vous pouvez utiliser des plots en béton ou des parpaings d’une largeur de 15 à 20 cm pour supporter les lambourdes et le plancher. Pour les abris de petites et moyennes surfaces, vous pouvez utiliser des dalles de terrasse ou des pavés autobloquants posés sur un lit de sable.​


Composition d’un abri boisComposition d’un abri boisComposition d’un abri boisComposition d’un abri bois

Composition d’un abri bois

1 - La couverture​

Elle recouvre la toiture. Son rôle est double :​

​- Rendre l’abri complètement étanche (vos outils ne rouilleront pas !) ;​

- Renforcer sa résistance aux intempéries.​ ​

Si la majorité des abris est vendue avec un feutre bitumeux, ce revêtement constitue une solution temporaire. Il doit être complété ou remplacé dans les six mois par l’installation, au choix :​

​- De shingles : ces plaques de bitume de 4 à 5 mm d’épaisseur, à clouer ou à coller, offrent une esthétique proche de l’ardoise. À réserver aux toits en pente.​

- De tôles ondulées ou de bacs en acier pour une plus grande longévité et une meilleure protection de la toiture.​

- De plaques PVC imitation tuiles, faciles à installer, pour une finition authentique.​

2 - La toiture​

C’est l’ossature du toit. Selon les abris, elle peut être composée :​

  • De plaques en bois hydrofuge,​
  • De voliges, planches de bois massif de 10 à 16 mm d’épaisseur,​
  • D’une ossature qui supporte directement les couvertures en bacs acier, tôles ondulées ou plaques PVC.​
  • Pour assurer l’étanchéité du toit, vous devez compléter la toiture par la couverture.​

La toitureLa toitureLa toitureLa toiture

3 - Les parois​

Deux types de parois permettent le montage de votre structure :​

- Les panneaux pré-assemblés qui se montent par emboîtement.​

- Les madriers qui s’emboîtent comme un jeu de construction. De 19 à 44 mm d’épaisseur, ils assurent la résistance et l’isolation thermique des murs.​

À densité égale de bois, plus les parois sont épaisses, plus l’abri est solide.​

4 - Les avancées de toits et débords​ ​

Ces éléments complémentaires assurent la longévité de votre abri de jardin. Certains abris présentent une grande avancée de toit ou de grands débords qui offrent une meilleure protection contre les intempéries, et donc une meilleure tenue dans le temps.​

Les différents types d’assemblage d’un abri de jardin​

Découvrons le temps d’une courte vidéo les quatre grands systèmes d’assemblage des abris de jardin modernes.​

Pour une meilleure protection contre le vent et les infiltrations d’eau, les systèmes d’assemblage des abris de jardin en bois sont de plus en plus performants, faciles et rapides à installer.