Votre liste de souhaitsCréer un compteSe connecter

Comprendre le tableau électrique

Qu’est-ce qu’un tableau électrique ?

Le tableau électrique se présente comme un coffret contenant des rangées de rails métalliques. C’est sur ces rails métalliques que sont clipsés les différents dispositifs de répartition et de protection. Ce système de fixation sur rail permet de décaler très facilement les disjoncteurs et interrupteurs d’une rangée pour ajouter de nouveaux équipements. Il permet également une bonne organisation de vos circuits.

Tout savoir sur le réseau électrique


Le dispositif différentiel a pour fonction de protéger les personnes en détectant les fuites de courant, les courts-circuits et les surcharges (surintensité). Son seuil de déclenchement est fixé à 30 mA, ce qui correspond à une intensité pouvant être supportée sans dommage par l’être humain. Ce dispositif différentiel est soit un interrupteur différentiel soit un disjoncteur différentiel 30 mA qu’il faudra impérativement placer sur le rail en tout début de rangée.

Si l’interrupteur différentiel (ou le disjoncteur différentiel) détecte une intensité supérieure entre les borniers de répartition de phase et de neutre, il coupe instantanément l’arrivée du courant (en disjonctant) sur toute la rangée du circuit où il est placé. Tous les disjoncteurs divisionnaires placés à sa suite ne sont donc plus alimentés.

Interrupteur ou disjoncteur différentiel ?

  • L'interrupteur différentiel

Il réalise la fonction décrite ci-dessus, mais n'a pas de détection des surintensités (il ne protège donc pas des surcharges). De ce fait, il doit absolument être complété par des disjoncteurs divisionnaires.

Interrupteur et disjoncteur différentiels 30 mA
  • Le disjoncteur différentiel

Généralement, il est réservé à des circuits spécialisés très sensibles. Il assure alors la protection des personnes et du matériel en combinant les protections d’un interrupteur différentiel et d’un disjoncteur divisionnaire.

Interrupteur et disjoncteur différentiels 30 mA

Les nouvelles règles concernant les interrupteurs et les disjoncteurs différentiels 30 mA

La norme NF C 15-100 a fixé de nouvelles règles destinées à assurer une protection optimale des personnes. Elle détermine le nombre et le type d’interrupteurs ou de disjoncteurs différentiels que vous devez placer en fonction de la taille de votre installation électrique.

Le nombre d’interrupteurs ou disjoncteurs différentiels 30 mA

Trois règles simples à retenir :

• Au moins 2 interrupteurs 30 mA pour protéger tous vos circuits électriques.

• Pas plus de 8 circuits par interrupteur différentiel (c’est à dire pas plus de 8 disjoncteurs divisionnaires par ligne)

• Répartir vos circuits d’éclairage et de prises de courant entre les 2 interrupteurs ou disjoncteurs différentiels. En cas de problème, une partie de vos circuits restera ainsi opérationnelle.

Le type du disjoncteur ou de l’interrupteur différentiel 30 mA

Vous devez choisir le modèle de vos disjoncteurs ou de vos interrupteurs différentiels en fonction de leur destination. Il en existe 3 types :

• Type AC
Pour les circuits de prises et d’éclairage de votre habitation.

• Type A
Spécialisé, pour les appareils à forte puissance comme les plaques de cuisson, le lave-linge, la prise de recharge de véhicule électrique...

• Type Hi (Haute immunité)
Également appelés Hpi ou Si suivant les fabricants, ce type d’interrupteur différentiel concerne les circuits sur lesquels seront raccordés des appareils devant être protégés de coupures intempestives (congélateur, matériel informatique, alarme…).

Voici un tableau récapitulatif de l’utilisation des dispositifs différentiels :

A retenir

Pour être en conformité avec les prescriptions de la norme :
• Votre premier interrupteur différentiel doit être de type AC et protéger une partie de vos circuits d’éclairage et de prises de courant, dans la limite de 8 circuits. 
• Votre second interrupteur différentiel doit être de type A et protéger, toujours dans la limite de 8 circuits, vos appareils à forte puissance, ainsi que les circuits de prises et d’éclairage que votre interrupteur de type AC n’a pu protéger

Si vous avez des circuits supplémentaires, il vous faut installer des interrupteurs différentiels 30 mA supplémentaires dont vous choisissez le type en fonction de leur destination.

Le type du disjoncteur ou de l’interrupteur différentiel 30 mA

Le calibre de l’interrupteur ou du disjoncteur différentiel

Les interrupteurs et disjoncteurs différentiels 30 mA sont calibrés pour supporter une intensité maximale indiquée sur l’appareil (exemple : 25 A, 40 A, 63 A...). Pour définir leur calibre, la norme NF C 15-100 se base soit sur l’intensité en amont, soit sur l’intensité en aval du dispositif.

Le calibre de l’interrupteur ou du disjoncteur différentiel
  • Intensité en amont

Le calibre de l’interrupteur différentiel doit être supérieur ou égal au calibre du disjoncteur de branchement.

Intensité en amont
  • Intensité en aval

Le calibre de l’interrupteur différentiel doit être supérieur ou égal à la somme des calibres des disjoncteurs divisionnaires alimentant le chauffage direct, le chauffe-eau et la prise de recharge véhicule électrique, plus la moitié de la somme des calibres des disjoncteurs divisionnaires alimentant les autres circuits.

Intensité en aval

Les disjoncteurs divisionnaires : la protection dédiée

Placés juste après le disjoncteur ou l’interrupteur différentiel 30 mA, les disjoncteurs divisionnaires ont pour fonction de protéger les circuits de votre installation électrique.

Chaque disjoncteur est relié à un seul circuit. S’il détecte une surintensité ou un court-circuit sur celui-ci, il disjoncte et coupe instantanément le courant.

Les disjoncteurs divisionnaires : la protection dédiée

Important

La norme interdit dorénavant les coupe-circuits (fusibles) dans le neuf et les grosses rénovations. Seuls les disjoncteurs sont autorisés.

Selon votre installation, découvrez le nombre de circuits autorisés, et donc de disjoncteurs, ainsi que le type de disjoncteur divisionnaire à choisir :

Comprendre le tableau électrique
La bonne info

Répartissez également vos volets roulants sur 2 interrupteurs. En cas de panne, vous ne resterez pas dans le noir.


Le raccordement à la terre

Le raccordement à la terre

Le bornier de raccordement à la terre de votre tableau électrique centralise tous les circuits de mise à la terre de votre installation et permet de la raccorder à votre prise de terre équipée d’un piquet planté dans le sol.

Les borniers de répartition

Les borniers de répartition

Les borniers de répartition de phase et de neutre permettent de raccorder les interrupteurs ou disjoncteurs différentiels aux conducteurs phase et neutre venant du disjoncteur général d’abonné.

Les conducteurs électriques

Un conducteur électrique possède la capacité de transporter l’énergie électrique.

Il en existe 2 types :
• Le fil électrique
• Le câble électrique


Dans le tableau électrique, le raccordement électrique pour alimenter en électricité les différents modules nécessite un travail très minutieux. Les peignes électriques de phase (noir) et de neutre (bleu) sont des connecteurs rigides que vous pouvez utiliser pour remplacer les fils électriques et mettre chaque circuit sous tension.

Les peignes électriques

Très pratique, l’écartement de leurs « dents » est dimensionné pour correspondre exactement à l’écartement entre les éléments de votre tableau. Seul bémol, vous devez choisir des peignes de marque compatible avec celle de vos disjoncteurs et interrupteurs pour que l’écartement corresponde.

Il existe 2 types de peignes complémentaires, les peignes de raccordement (ou peignes verticaux) et les peignes d’alimentation (ou peignes horizontaux).

Les peignes verticaux (connexion phase et neutre)

Ils assurent le relai vertical de l’alimentation générale pour chaque rangée du tableau électrique. Ils permettent ainsi le raccordement des borniers de répartition aux dispositifs différentiels placés en début de rangée. 
L’utilisation de ces peignes verticaux n’est donc pas nécessaire si votre tableau ne comporte qu’une seule rangée.

Important

Pour que le raccordement par peigne vertical soit possible, vos dispositifs différentiels doivent obligatoirement être placés en tête de rangée sur les rails.

peigne vertical

Les peignes horizontaux (connexion phase et neutre)

Ils s’installent par 2 sur chaque rangée pour distribuer le courant (phase et neutre) et permettent ainsi de raccorder tous les disjoncteurs divisionnaires de la ligne au dispositif différentiel placé à sa tête. Les peignes horizontaux sont à installer au-dessus des différents éléments.

Important

Si vous laissez des « dents » libres pour pouvoir ajouter à l’avenir de nouveaux éléments à votre tableau, celles-ci sont sous tension. Afin d’éviter tout risque d’électrisation, il est donc important de les protéger par un obturateur de peigne électrique.

Les peignes électriques
Les peignes électriques

Vous avez la possibilité d’installer des modules complémentaires sur votre tableau électrique : parafoudre, horloge programmable, interrupteur crépusculaire, interrupte

Le parafoudre

Le parafoudre

Le parafoudre sert à préserver votre installation électrique de télécommunication des surtensions générées par la foudre. Installé en tête de l’installation électrique, il évacue les surtensions vers la terre.

Le délesteur

Le délesteur

Le délesteur permet de gérer l’utilisation de la puissance sur l’ensemble de vos circuits en coupant momentanément certaines alimentations au profit d’autres en cas de forte sollicitation. Ce dispositif permet d’éviter de dépasser la puissance souscrite et que l’installation ne disjoncte. Il doit être installé avant vos interrupteurs ou disjoncteurs différentiels et après le disjoncteur général.

Le contacteur jour/nuit

Le contacteur jour/nuit

L’installation d’un contacteur jour/nuit dans votre tableau électrique nécessite un abonnement spécifique et permet de bénéficier des tarifs heures creuses de votre fournisseur d’électricité. Il permet la mise en service automatique d’appareils, comme le chauffe-eau à accumulation électrique, au moment où l’électricité est la moins chère, et donc de faire des économies.

Le télérupteur

Le télérupteur

Le télérupteur permet d’avoir plusieurs points d’allumage d’un éclairage. C’est un relai dont les connexions peuvent être placées directement dans le tableau électrique quand le circuit est à proximité.

Le télévariateur modulaire

Le télévariateur modulaire

Cet élément joue le même rôle qu’un télérupteur mais il comprend également la prise en compte des variateurs d’intensité lumineuse. Selon les modèles, il peut comprendre des options comme un variateur à mémoire, la configuration de scénarios ou encore une minuterie.

La minuterie ou le relai temporisé

La minuterie ou le relai temporisé

Souvent utilisés dans les escaliers ou les sous-sols, la minuterie et le relai temporisé permettent l’extinction automatique d’un éclairage après un temps prédéfini. C’est une solution qui vous permet de faire des économies d’énergie puisque vous n’oublierez pas d’éteindre votre éclairage. Ces modules peuvent être installés directement dans le tableau électrique afin de simplifier le câblage.

Pour toutes vos questions, nos experts en magasin sont à votre disposition afin de vous accompagner dans vos projets.